Festival a-part 2015

édition 2015
au Paradou
les 20 et 21 juillet
face 2 face
portraits/autoportraits/selfies
Comment se voit-on et comment voudrait-on se voir au XXIe siècle ? (por)trait pour trait :
indices d’une qualité, d’un sentiment, signes d’un caractère, d’une particularité ou spécificité ; une
ligne, une ombre, une image de soi-même. « selfie » élu « mot de l’année 2013 » par les auteurs du dictionnaire d’Oxford ; nul ne doute qu’en
2015, il deviendra un mot a-part.
Performance a-part
Marie Piselli

Trois bonnes raisons de vous selfier
le 21 juillet à partir de 19 heures
Proposition pour une soirée d’été a-part de Marie Piselli
Performance / Jeu de Société
Cette performance créée en 2014 à l’occasion du BASE’ART, Festival du Mécénat et de l’Art
Contemporain, à Fréjus dans le Var, a été sélectionnée par le FRAC PACA.
Un des multiples issus de la performance BASE’ART fait désormais parti de la collection FRAC PACA.
FACE2FACE - portraits, autoportraits, selfies - : thème de la 6e édition du festival a-part, dont
Marie Piselli dit qu’elle ne pouvait espérer sujet plus actuel "up to date", et d’expliquer :

  •  Selfie : (Anglicisme) (Photographie) apocope de Self-portait ; autoportrait pris de soi-même à bras
    portant avec son téléphone portable ou sa tablette destiné à être publié sur Internet, sur un réseau
    social. Ici, la photo a pour but de montrer une expression particulière, un décor ou une personne
    importante à côté.
    Dérivé de "self" qui signifie "soi-même" permet à nos contemporains de s’exprimer au travers d’un « égoportrait ». Une autre façon de dire que l’on existe dans des univers où cette urgence d’exister
    est devenue une maladie. -source internet-
    Pour le festival a-part 2015, Marie Piselli propose d’en mettre en scène le troisième volet intitulé :
    Trois bonnes raisons de vous selfier au Paradou. À l’occasion de cette performance vue comme le partage dans ce que le selfie a de plus intime ou égoïste selon l’interprétation de chacun, l’artiste invite chaque convive, qu’elle espére amateur d’art, à être co-acteur artistique de l’oeuvre. Son désir d’aller encore plus loin est de :
    1. faire participer le public au processus évolutif et apparemment aléatoire d’une nouvelle
    performance en emmenant les convives dans le procesus de création de l’artiste
    contemporain.
    2. selfier et intégrer chaque convive à l’autoportrait, autodérision de l’égo-portrait reconstitué.
    3. créer une oeuvre originale - troisième volet de la performance, jeu de société voyageur
    producteur de Cartes postales Ethnologiques - avec l’ensemble des participants en
    rassemblant le plus grand nombre de "3 bonnes raisons de se selfier".*
    Chacun répondant au questionnaire de l’artiste, afin de se laisser emporter dans la création, et
    d’entrer dans son jeu (total anonymat des réponses).
    Chacun inscrivant ses 3 bonnes raisons de se selfier, sur le carnet de l’artiste. Ce "carnet de bonnes
    raisons" se révèlent être le réceptacle de véritables pépites artistiques et contribue à la construction
    de cette création. (total anonymat des réponses).
    Enfin, chacun accèdant à la scène du selfie en se photographiant dans la "Fat Girl", avec la
    possibilité de porter un masque créé par Marie Piselli (par soucis d’anonymat, ou pour dépasser le
    selfie).
    Trois selfies retenus par Marie Piselli feront l’objet d’un tirage photographique numéroté formant un
    tryptique dont un exemplaire sera mis en vente au bénéfice du festival a-part. *L’oeuvre de tous les selfies de la soirée ainsi que les bonnes raisons de se selfier seront portées sur le site internet du
    festival a-part et de la mairie du paradou afin de réaliser le portrait "grandeur nature" des amis a-part.
    2015
    6 ème édition